Bananiers

Les plus beaux musas

Les bananiers forment le genre Musa. Ce sont des plantes monocotylédones vivaces de la famille des Musaceae dont les fruits, en général, sont les bananes.

Le bananier, contrairement aux idées reçues, n'est pas un arbre mais une plante herbacée. Ce n’est pas un arbre car il n'est pas lignifié, bien que ce ne soit pas le critère le plus caractéristique puisque les bambous sont lignifiés et ne sont pas non plus des arbres. Il est d'usage de dire un peu abusivement que c'est « la plus grande herbe du monde ».

Ce genre comprend environ soixante espèces, toutes tropicales, dont plusieurs sont largement cultivées pour la production de bananes. Certaines espèces ont un intérêt ornemental et sont cultivées en serres dans les pays tempérés.

Sommaire

  • 1 Description
  • 2 Histoire
  • 3 Distribution et habitat
  • 4 Classification botanique
  • 5 Espèces
    • 5.1 Section Callimusa (incluant Australimusa)
    • 5.2 Section Musa (incluant Rhodochlamys)
  • 6 Culture
  • 7 Parasites
  • 8 Produits phytopharmaceutiques sur bananiers
  • 9 Importance économique
    • 9.1 Les bananes alimentaires
    • 9.2 Autres utilisation

Description

Les bananiers peuvent atteindre sept mètres de haut (jusqu'à 15 mètres chez Musa ingens) mais ne possèdent pas de vrai tronc. Leur tige souterraine ressemble à un gros bulbe à partir duquel naissent les feuilles. On observe un simple développement en hauteur de la base massive des pétioles des grandes feuilles insérées en spirale. Grandes feuilles droites ou retombantes (jusqu'à trois mètres de long et 60 centimètres de large) longuement pétiolées. Concernant son cycle biologique, le bananier est une espèce monocarpique (il ne possède qu'un seul bourgeon terminal ou apex méristématique s'exprimant dans l'auxèse et la mérèse du végétal) et monoblastique (le végétal meurt après la floraison)

Lorsque le bananier a produit entre 25 et 30 feuilles, au cœur de celles-ci se développe un bourgeon floral évoluant en une inflorescence qui retombe dans la majorité des espèces sur le côté. L'inflorescence, appelée « régime », est formée d'une série de spathes (feuilles colorées) disposées en spirale qui porte à sa base des fleurs femelles qui produiront les bananes et à l'extrémité des fleurs mâles. La banane est un fruit parthénocarpique, c'est-à-dire que le fruit n'est pas issu de la double fécondation. En effet, les fleurs mâles sont stériles. Le bananier se "reproduit" par multiplication asexuée, c'est-à-dire par formation d'une nouvelle plante à partir des racines.

La floraison se produit au bout de sept mois et les fruits mûrissent quatre mois plus tard. Ensuite, la tige meurt.

Histoire

Le bananier est la plante au cœur de la version hindoue du paradis perdu datant au moins du sixième siècle avant notre ère. Bouddha a fait du bananier le symbole de la vanité des biens, de la fragilité et de l'instabilité des choses, parce que sa partie aérienne meurt après avoir fructifié.

Distribution et habitat

La région d'origine de la banane se trouve entre l'Inde et les îles mélanésiennes du Pacifique en passant par l'Indonésie et la Nouvelle-Guinée. Aujourd'hui, la banane est cultivée dans toutes les régions tropicales de la planète comme par exemple en Colombie, au Honduras.

Le bananier vit dans les pays tropicaux, sous un climat chaud et humide.

La banane de culture fut introduite dans les Amériques dès le début de la colonisation européenne vers 1500.

Classification botanique

Parmi les espèces sauvages de bananiers on distinguait, suivant leur nombre de chromosomes, cinq groupes :

  • Australimusa (2N=20)
  • Callimusa (2N=20)
  • Musa (2N=22)
  • Rhodochlamis (2N=22)
  • Ingentimusa (2N=14)

Des études récentes (2002) montrent que l'on doit rapprocher ces différents groupes et n'en considérer plus que trois en fonction du nombre de chromosomes.

Espèces

Selon Kew Garden World Checklist (17 février 2012) :

  • Musa acuminata Colla (1820)
    • Musa acuminata subsp. acuminata
    • Musa acuminata subsp. burmanica N.W.Simmonds (1956 publ. 1957)
    • Musa acuminata var. chinensis Häkkinen & H.Wang (2007)
    • Musa acuminata subsp. errans (Blanco) R.V.Valmayor (2001)
    • Musa acuminata subsp. halabanensis (Meijer) M.Hotta (1989).
    • Musa acuminata subsp. malaccensis (Ridl.) N.W.Simmonds (1956 publ. 1957)
    • Musa acuminata subsp. microcarpa (Becc.) N.W.Simmonds (1956 publ. 1957).
    • Musa acuminata subsp. siamea N.W.Simmonds (1956 publ. 1957)
    • Musa acuminata var. sumatrana (Becc.) Nasution (1991)
    • Musa acuminata var. tomentosa (Warb. ex K.Schum.) Nasution (1991)
    • Musa acuminata subsp. truncata (Ridl.) Kiew (2001)
  • Musa × alinsanaya R.V.Valmayor (2004)
  • Musa arfakiana Argent (2010).
  • Musa aurantiaca G.Mann ex Baker (1893).
  • Musa azizii Häkkinen (2005)
  • Musa balbisiana Colla (1820)
    • Musa balbisiana var. andamanica D.B.Singh & al. (1998)
    • Musa balbisiana var. bakeri (Hook.f.) Häkkinen (2010)
    • Musa balbisiana var. balbisiana
    • Musa balbisiana var. brachycarpa (Backer) Häkkinen (2008)
    • Musa balbisiana var. liukiuensis (Matsum.) Häkkinen (2008)
  • Musa banksii F.Muell. (1864).
  • Musa barioensis Häkkinen (2006)
  • Musa basjoo Siebold & Zucc. ex Iinuma (1874)
  • Musa bauensis Häkkinen & Meekiong (2004)
  • Musa beccarii N.W.Simmonds (1960)
    • Musa beccarii var. beccarii
    • Musa beccarii var. hottana Häkkinen (2005)
  • Musa boman Argent (1976)
  • Musa borneensis Becc. (1902)
    • Musa borneensis var. alutacea Häkkinen & Meekiong (2005)
    • Musa borneensis var. borneensis
    • Musa borneensis var. flavida (M.Hotta) Häkkinen & Meekiong (2005)
    • Musa borneensis var. lutea Häkkinen & Meekiong (2005)
    • Musa borneensis var. phoenicea Häkkinen & Meekiong (2005)
    • Musa borneensis var. sarawakensis Häkkinen & Meekiong (2005)
  • Musa bukensis Argent (1976)
  • Musa campestris Becc. (1902)
    • Musa campestris var. campestris
    • Musa campestris var. lawasensis Häkkinen (2003)
    • Musa campestris var. limbangensis Häkkinen (2003)
    • Musa campestris var. miriensis Häkkinen (2003)
    • Musa campestris var. sabahensis Häkkinen (2003)
    • Musa campestris var. sarawakensis Häkkinen (2003)
  • Musa celebica Warb. ex K.Schum. (1900)
  • Musa cheesmanii N.W.Simmonds (1956 publ. 1957)
  • Musa chunii Häkkinen (2009)
  • Musa coccinea Andrews (1799)
  • Musa exotica R.V.Valmayor (2004)
  • Musa fitzalanii F.Muell. (1875)
  • Musa gracilis Holttum (1950)
  • Musa griersonii Noltie (1994)
  • Musa hirta Becc. (1902)
  • Musa ingens N.W.Simmonds (1960)
  • Musa insularimontana Hayata (1913)
  • Musa itinerans Cheesman (1949)
    • Musa itinerans var. annamica (R.V.Valmayor, L.D.Danh & Häkkinen) Häkkinen (2008)
    • Musa itinerans var. chinensis Häkkinen (2008)
    • Musa itinerans var. formosana (Warb.) Häkkinen & C.L.Yeh (2010)
    • Musa itinerans var. guangdongensis Häkkinen (2008)
    • Musa itinerans var. hainanensis Häkkinen & X.J.Ge (2010)
    • Musa itinerans var. itinerans
    • Musa itinerans var. lechangensis Häkkinen (2008)
    • Musa itinerans var. xishuangbannaensis Häkkinen (2008)
  • Musa jackeyi W.Hill (1874)
  • Musa johnsii Argent (2001)
  • Musa juwiniana Meekiong, Ipor & Tawan (2008)
  • Musa kattuvazhana K.C.Jacob (1952)
  • Musa lanceolata Warb. ex K.Schum. (1900)
  • Musa laterita Cheesman (1949)
  • Musa lawitiensis Nasution & Supard. (1998)
    • Musa lawitiensis var. kapitensis Häkkinen (2006)
    • Musa lawitiensis var. lawitiensis
    • Musa lawitiensis var. sarawakensis Häkkinen, Adansonia (2006)
    • Musa lawitiensis var. suratii (Argent) Häkkinen (2006)
  • Musa lokok Geri & Ng (2005)
  • Musa lolodensis Cheesman (1950)
  • Musa lutea R.V.Valmayor, L.D.Danh & Häkkinen (2004)
  • Musa maclayi F.Muell. ex Mikl.-Maclay (1885)
    • Musa maclayi subsp. ailuluai Argent (1976)
    • Musa maclayi var. erecta (N.W.Simmonds) Argent (1976)
    • Musa maclayi subsp. maclayi
    • Musa maclayi var. namatani Argent (1976)
  • Musa mannii H.Wendl. ex Baker (1892)
  • Musa monticola M.Hotta ex Argent (2000)
  • Musa muluensis M.Hotta (1967)
  • Musa nagensium Prain (1904)
    • Musa nagensium var. hongii Häkkinen (2008)
    • Musa nagensium var. nagensium
  • Musa ochracea K.Sheph. (1964)
  • Musa ornata Roxb. (1824)
  • Musa paracoccinea A.Z.Liu & D.Z.Li (2002)
  • Musa × paradisiaca L. (1753)
  • Musa peekelii Lauterb. (1913)
    • Musa peekelii subsp. angustigemma (N.W.Simmonds) Argent (1976)
    • Musa peekelii subsp. peekelii
  • Musa rosea Baker (1893)
  • Musa rubinea Häkkinen & C.H.Teo (2008)
  • Musa rubra Wall. ex Kurz (1866)
  • Musa sakaiana Meekiong, Ipor & Tawan (2005)
  • Musa salaccensis Zoll. ex Backer (1924)
  • Musa sanguinea Hook.f. (1872)
  • Musa schizocarpa N.W.Simmonds (1956 publ. 1957)
  • Musa shankarii Subba Rao & Kumari (2008)
  • Musa siamensis Häkkinen & Rich.H.Wallace (2007)
  • Musa sikkimensis Kurz (1878)
  • Musa splendida A.Chev. (1934)
  • Musa textilis Née (1801)
  • Musa thomsonii (King ex Baker) A.M.Cowan & Cowan (1929)
  • Musa tonkinensis R.V.Valmayor, L.D.Danh & Häkkinen (2005)
  • Musa troglodytarum L. (1763)
  • Musa tuberculata M.Hotta (1967)
  • Musa velutina H.Wendl. & Drude (1875), nom. cons.
  • Musa violascens Ridl.(1893)
  • Musa viridis R.V.Valmayor, L.D.Danh & Häkkinen (2004)
  • Musa voonii Häkkinen (2004)
  • Musa yamiensis C.L.Yeh & J.H.Chen (2008)
  • Musa yunnanensis Häkkinen & H.Wang (2007)
    • Musa yunnanensis var. caii Häkkinen & H.Wang (2009)
    • Musa yunnanensis var. jingdongensis Häkkinen & H.Wang (2009)
    • Musa yunnanensis var. yongpingensis Häkkinen & H.Wang (2009)
    • Musa yunnanensis var. yunnanensis
  • Musa zaifui Häkkinen & H.Wang (2008)

 

Section Callimusa (incluant Australimusa)

  • Musa alinsanaya
  • Musa bauensis
  • Musa beccarii
  • Musa boman
  • Musa borneënsis
  • Musa bukensis
  • Musa campestris
  • Musa coccinea
  • Musa exotica
  • Musa fitzalanii - (éteinte)
  • Musa flavida
  • Musa gracilis
  • Musa hirta
  • Musa insularimontana
  • Musa jackeyi
  • Musa johnsii
  • Musa lawitiensis
  • Musa lolodensis
  • Musa maclayi
  • Musa monticola
  • Musa muluensis
  • Musa paracoccinea
  • Musa peekelii
  • Musa pigmaea
  • Musa salaccensis
  • Musa splendida
  • Musa suratii
  • Musa textilis Nee
  • Musa troglodytarum L.
  • Musa tuberculata
  • Musa violascens

Section Musa (incluant Rhodochlamys)

Musa acuminata Colla
Musa angcorensis
Musa aurantiaca
Musa banksii
Musa balbisiana Colla
Musa basjoo ou bananier japonais, originaire des montagnes de Chine. C'est le plus rustique et peut résister à des températures de -12° C.
Musa cavendishii, espèce naine au port trapu (2 m de haut) souvent proposée comme bananier d'intérieur (température minimale, 5°).
Musa cheesmanii
Musa ensete
Musa flaviflora
Musa griersonii
Musa itinerans
Musa laterita
Musa mannii
Musa nagensium
Musa ochracea
Musa rubra
Musa sanguinea
Musa schizocarpa
Musa siamea
Musa sikkimensis
Musa thomsonii
Musa ×paradisiaca L. - La banane plantain
Musa velutina H.Wendl. & Drude
Musa sp. 'Burmese Blue'
Musa sp. 'VN1-054'

Culture

La majorité des bananes consommées dans le monde sont les fruits d'un hybride (Musa paradisiaca) entre les espèces Musa acuminata originaire de Malaisie et Musa balbisiana que l'on rencontre en Inde et aux Philippines.

Le bananier cultivé en plantations traditionnelles demande un sol bien drainé, profond et légèrement acide. La culture est exigeante en éléments minéraux. Une pluviométrie annuelle d'environ 1200 mm et des températures supérieures à 15 degrés sont nécessaires. Le bananier est une plante pérenne, le cycle végétatif dure environ un an. Après la récolte du régime, la pousse principale périclite, c'est à partir d'un rejet latéral qu'un nouveau cycle de culture redémarre grâce à la technique de bouturage. La plantation préexistante est détruite, les plantes lacérées sur place et la parcelle replantée plus loin. En cours de cycle, des rejets, qu'il faut supprimer, apparaissent continuellement. On en garde cependant un tous les trois mois de manière à pouvoir récolter régulièrement un nouveau régime (tous les trois mois). Les souches produisent pendant cinq ans. Au-delà, il faut replanter à partir d'un rejet latéral prélevé sur un plan sain.

Cette méthode de reproduction par multiplication végétative a deux inconvénients majeurs : une faible diversité des variétés cultivées, d'où des risques accrus de parasitose, et la propagation par les rejets de parasites (notamment lesnématodes). Les plantations industrielles ont donc tendance à utiliser une autre technique : le vitroplant (plant obtenu in vitro en laboratoire aseptisé à partir d'un « plant-mère » désinfecté et cultivé sur un milieu nutritif stérile). Ainsi le bananier, planté sur un sol préalablement assaini par des techniques de rotation culturale ou de jachère est indemne de parasites. Cela permet une meilleure productivité (l'homogénéité variétale favorise l'augmentation du nombre de cycles réalisés entre deux replantations) et l'épandage de nématicide est réduit de 50%. Par contre, cette technique de clonage menace la diversité génétique et fait toujours craindre à certains scientifiques le risque de disparition à terme de la banane cultivée.

Deux types de bananes sont cultivées :

  • les bananes dessert

Ce sont les plus cultivées et qui font l'objet de courants commerciaux importants entre les zones de productions et les zones d'importation (Europe et Amérique du Nord). Alors qu'il existe de nombreuses variétés, la majorité des bananes commercialisées aujourd'hui est de type Cavendish après avoir été la variété Gros Michel, décimée par la maladie de Panama dans les années 1940.

  • les bananes légume ou plantain

Ce sont des bananes plus grosses. Bien que tout aussi savoureuses crues que les premières, leur chair est plus ferme et il est plutôt d'usage de les consommer après cuisson car elles restent entières. Elles sont préférées un peu vertes pour cet usage et leur texture est alors assez proche des tubercules farineux. Elles ne font pas actuellement l'objet d'un commerce international important.

  • Les bananes à bières, plus amères, ne sont que rarement consommées directement. Elles sont fermentées, produisant ainsi un « vin de banane », particulièrement apprécié dans la région des Grands Lacs en Afrique. La frontière entre banane à bière et banane à cuire est assez flexible, et des bananes à cuire (même des bananes dessert) peuvent entrer dans la fabrication du vin, tout comme des bananes à bière seront consommées cuites en cas de disette importante.

Parasites

Les bananiers souffrent notamment de l'action des vers nématodes, tels Radopholus similisHelicotylenchus multicinctusMeloidogyne, etc. qui détruisent les racines de cette herbacée.

Produits phytopharmaceutiques sur bananiers

En France, le ministère de l'agriculture propose une Liste des produits phytopharmaceutiques autorisés en France pour lutter contre les parasites du bananier.

Selon le rapport du cancérologue Dominique Belpomme, l'utilisation massive des pesticides tels que le chlordécone dans la culture de la banane antillaise a conduit à un « désastre sanitaire ». Cependant la validité scientifique des données sur lesquelles s'appuie ce rapport est mise en cause pour des problèmes de méthodologie.

Importance économique

Les bananes alimentaires

C'est à la fin du xixe siècle que la culture de la banane se développe aux Caraïbes puis en Amérique centrale pour devenir une culture industrielle contrôlée par deux grandes firmes nord-américaines : Dole et Chiquita.

La production mondiale est d'environ 90 millions de tonnes (Production 2008, Données de FAOSTAT (FAO)). Les principaux pays producteurs sont en Amérique du Sud : Brésil, Colombie, Équateur, Venezuela, et en Amérique centrale : Honduras, Panama, Mexique, en Asie :Chine, Inde, Philippines, Indonésie, Thaïlande, Viêt Nam ou en Afrique : Burundi, Tanzanie.

Le commerce international de la banane a fait l'objet d'un conflit à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) entre l'Union européennne d'une part, et les pays producteurs d'Amérique et les États-Unis d'autre part, en raison des accords préférentiels (quotas et droits de douanes réduits) qui liaient cette dernière aux pays dits ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique).

Une espèce de bananier, l'abaca (Musa textilis), est cultivée aux Philippines pour la production de fibres appelée « chanvre de Manille ». Cette fibre est principalement employée pour la fabrication de cordes. C'est la plus durable desfibres naturelles.

Dans beaucoup de régions, les feuilles de bananier ont des usages domestiques : toiture, emballage, contenant de cuisson, fibres tressées, etc. D'autres espèces ont une utilisation ornementale.

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. Gagner argent en Bourse (site web) 2014-03-18

Persistez par la, c'est un veritable plaisir de vous lire.

2. Gagner Argent avec la Bourse (site web) 2014-01-23

J'espere que vous en avez d autre de ce niveau sous le coude !

3. obey (site web) 2013-10-18

merci melki.notamment pour les rapports entre celine et Rabelais.et le rapprochement avec houellebecq est tout à fait juste.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2012-03-05

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×